M

Comme vous le savez sûrement, le Musée du Haut-Richelieu a dédié son exposition estivale de 2017 à la Laiterie Granger Frères. Nous apprenions, dans Le Canada Français du 23 août 2018, la démolition de l’usine qui a vu défiler tant d’innovations et d’ingéniosité. La démolition a eu lieu à l’été 2019. Cette chronique fait un rappel de l’important patrimoine que ces murs renfermaient et de la fierté que nous inspire encore la marque Granger à Saint-Jean-sur-Richelieu.

La Laiterie Granger Frères : l’oeuvre d’une vie

Son histoire commence en toute simplicité en 1921, lorsque Louis-Philippe Granger et son frère Alfred fondent la laiterie. L’entreprise s’agrandit au passage du temps, et se modernise. En effet, la pasteurisation s’installe lentement au Québec et la Laiterie Granger Frères est parmi les premières à la rendre obligatoire, dès 1924. En plus de cette innovation, la Laiterie Granger se positionne comme incontournable grâce à l’impressionnante variété de produits qu’elle vend : lait, crème, beurre, yogourt, fromage, et bien sûr le fameux Vico!

Durant la crise économique de 1929, le prix du beurre et du lait est fortement affecté. Il baisse d’environ 33 % en deux ans, passant de 9 à 6 ¢ la pinte. Néanmoins, le lait étant un produit essentiel, on se craint pas de voir disparaître la demande. Il faut par contre composer avec la situation financière précaire de la clientèle. Dans cette période, la Laiterie est aussi à la recherche de nouveaux patrons, c’est-à-dire des fermiers qui vendent leur crème à la Laiterie pour qu’elle soit transformée en beurre. Dans le contexte de la crise économique, la Laiterie manque donc de fournisseurs.

Dès 1938, la Laiterie fait des agrandissements à sa fabrique rue Bouthillier pour y ajouter une chambre froide pour le beurre et un laboratoire pour tester ses produits. Elle construit également un deuxième étage. L’industrie prospère si bien qu’en 1940, elle produit près de 410 900 livres de beurre et 650 000 pintes de lait, pour environ 1 200 clients réguliers.

Après la Deuxième Guerre mondiale, la laiterie envoie également du lait en poudre en Europe, pour fournir des protéines aux victimes de la famine causée par la destruction des terres cultivables.

Il n’y a pas à dire, Granger sait s’adapter aux changements. Ainsi, la compagnie voit défiler les bouteilles de vitre, les contenants en carton, puis les emballages de trois sacs en plastique pour la vente du lait aux foyers. Encore aujourd’hui, Granger est synonyme de qualité et de service pour les Johannais.

Continuant sur la route des changements, l’entreprise se dote de camions électriques pour assurer ses livraisons dans le quartier, et ce, en 1958!  Quelle avant-garde!

L’histoire de la Laiterie Granger Frères se termine lors de la vente à Samoisette, en 1972. La marque, par contre, est distribuée par les différents propriétaires jusqu’en 1994. Son souvenir, lui, n’a pas de fin.

Voyez quelques souvenirs de l’exposition qui a eu lieu au Musée en 2017. Le catalogue est toujours en vente à la boutique du Musée au coût de 15 $.